C) La Colonne Trajan

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pierre Ambroise Richebourg, La colonne Trajan, Daguerréotype, 1/2 plaque

Pierre Ambroise Richebourg, La colonne Trajan, Daguerréotype, 1/2 plaque

C) Rome: La Colonne Trajan
Daguerréotype non redressé, 16×12 cm, sur plaque estampée en creux sur le bord du bas « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69″, poinçon 30 millièmes. Avec attelage hippomobile. C.1844.
Estimation: 8 000 / 10 000 €

Rapport de condition sur demande (laisser un commentaire)

Troisième lot de la vente, lot C.
Début de la vente à 14h.
Dimanche 23 octobre 2011, à la Galerie de Chartres.


B) Le Temple d’Hercule ou de Vesta, sur la droite le temple de la Fortune virile

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pierre Ambroise Richebourg, Le Temple d'Hercule ou de Vesta, Daguerréotype 1/2 plaque

Pierre Ambroise Richebourg, Le Temple d'Hercule ou de Vesta, Daguerréotype 1/2 plaque

B) Rome : Le Temple d’Hercule ou de Vesta, sur la droite le temple de la Fortune virile
Daguerréotype redressé, 12×16 cm, sur plaque estampée en creux sur le bord droit « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69″, poinçon 30 millièmes. C.1844.
Estimation: 20 000 / 30 000 €

Rapport de condition sur demande(laisser un commentaire)

Second lot de la vente, lot B. début de la vente prévu à 14h
Galerie de Chartres, le dimanche 23 octobre 2011.


A) La Fontaine de Trévi

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pierre Ambroise Richebourg, La Fontaine Trévi, Daguerréotype 1/2 plaque

Pierre Ambroise Richebourg, La Fontaine Trévi, Daguerréotype 1/2 plaque

A) Rome : Fontaine de Trevi
Daguerréotype non redressé, 16×12 cm sur plaque estampée en creux sur le bord du bas « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69″, poinçon 30 millièmes. C.1844.
Estimation: 12 000 / 15 000 €

Rapport de condition sur demande (laissez un commentaire)

Premier lot de la vente à 14h, dimanche 23 octobre 2011, à la Galerie de Chartres.

Une signature: Richebourg, quai de l’Horlorge 69 (suite)

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Hier nous publiions un article sur la marque estampée de Richebourg que porte chacune des plaques de nos neuf daguerréotypes.

Détails de la signature estampée de Richebourg sur les plaques

Détails de la signature estampée de Richebourg sur les plaques

Nous avons connaissance d’un autre portrait d’homme portant la même double signature que notre portrait de femme. La signature estampée « RICHEBOURG A PARIS » est visible sur l’image que nous possédons et la description que nous avons obtenu indique également le nom et l’adresse de Richebourg en bas sur le bord de la plaque.

Richebourg, Portrait d'homme assis, daguerréotype 1/4 de plaque vers 1843-1845

Richebourg, Portrait d'homme assis, daguerréotype 1/4 de plaque vers 1843-1845

La datation vers 1843 proposée par notre source se base sur l’épaisseur et le poids de la plaque de métal. Assez importants, ils indiquent certainement un daguerréotype précoce.

La proximité de ce daguerréotype et de son analyse avec notre ensemble est particulièrement intéressante et confirmerait l’attribution et la datation de notre lot.

Une signature: Richebourg, quai de l’Horloge 69

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

Détails de la signature estampée de Richebourg sur les plaques

Détails de la signature estampée de Richebourg sur les plaques

Chacune des 9 plaques proposées à la vente par la Galerie de Chartres porte la signature estampée ci-dessus reproduite.

« DAGUERREOTYPE   RICHEBOURG A PARIS   QUAI DE L’HORLOGE 69 » sur le bord, ainsi que le poinçon de plaquage d’argent « 30 » dans un carré insculpé dans un angle.

Il est à noter également que le portrait de Femme assise porte une seconde signature estampée « RICHEBOURG A PARIS » légèrement plus haut et donc visible si le daguerréotype avait été monté.

Ces signatures estampées constituent un document très rares.

Vente à la Galerie de Chartres, dimanche 23 octobre à 14h

Les Daguerréotypes de Rome attibués à Richebourg

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

L’ouvrage L’Italia d’Argento 1839/1859 Storia del Dagherrotipo in Itali, Alinari, 2003, resence trois daguerréotypes de Rome par Richebourg.

Pierre-Amboise Richebourg, Roma, Piazza del Popolo,1844 ca.

Pierre-Amboise Richebourg, Roma, Ponte Rotto visto da Valle,1844 ca.

Pierre-Amboise Richebourg, Roma, Veduta del Tevere con il Ponte Cestio sullo sfondo,1844 ca.,

Ceux-ci portent au dos du montage originale une étiquette imprimée de Richebourg, 69 quai de l’Horloge.

En 1996, l’historien Piero Becchetti attribuait les trois daguerréotypes connus de Richebourg à une date très précoce de 1841. Mais dans le chapitre La dagherrotipia a Roma rédigée conjointement avec Maria Francesca Bonetti, de l’ouvrage L’Italia d’Argento, p. 245, il corrige cette date et la reporte à 1844. Cette date est également reprise par l’historienne Janet E. Buerger, p. 61, de son ouvrage French Daguerrotypes.

L’ouvrage Paris et le Daguerréotype de l’exposition du Musée Carnavalet de 1992 reproduit deux vues de la place de la Concorde vers 1845 portant pour l’une l’inscription au crayon au dos « Richebourg à Paris » (cat.33 et 34,p. 216 et p.143). Mais les commissaires de l’exposition ne s’autorisent pas d’attribution définitive.

A ce jour, nous ne connaissons pas d’autres daguerréotypes paysagés de Richebourg.

Par ailleurs, aucun de ces daguerréotypes ne portent l’estampage « Richebourg 69 quai de l’horloge », contrairement à notre ensemble.

Max. de (comte) Perrochel, Temple de Vesta, vers 1840, daguerréotype, H. 0.115 ; L. 0.155 musée d'Orsay, Paris, France ©photo musée d'Orsay / rmn

Max. de (comte) Perrochel, Temple de Vesta, vers 1840, daguerréotype, H. 0.115 ; L. 0.155 musée d'Orsay, Paris, France ©photo musée d'Orsay / rmn

Le musée d’Orsay conserve dans ses collections un daguerréotype sur 1/2 plaque du fond du Comte Perrochel représentant le Temple de Vesta dans un cadrage très proche de celui que nous présentons. Celui-ci portait une étiquette de Charles Chevalier (frère de Vincent Chevalier, prédécesseur de Richebourg) au Palais Royal sur le carton de montage.

Toutefois, la comparaison des plaques nous a permis d’écarter tout lien. La chimie est différente. L’éclairage et les ombres portées sur le bâtiment distinguent clairement le jour et le moment de la journée des prises de vues.

Et cette plaque ne porte la signature estampée de Richebourg.

Grâce à ces éléments, nous avons pu conclure à l’attribution à Pierre Ambroise RICHEBOURG de nos neufs Daguerréotypes. Une datation autour de 1844 nous semble la plus plausible.

Dans la mesure où à cette époque Richebourg commercialisait des plaques et du matériel photographique, on ne peut exclure que nos daguerréotypes aient été réalisés par un daguerréotypiste anonyme ayant acquis des plaques auprès de Richebourg.

Cependant, cette hypothèse ne nous parait pas la plus probable et nous avons toutes les raisons de penser que nos daguerréotypes furent pris par Pierre Ambroise Richebourg, lors de son voyage en Italie en 1844.

Pierre Ambroise RICHEBOURG (1810-1874)

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , ,

Pierre Ambroise Richebourg (1810-1873), Autoportrait, 1841

Pierre Ambroise Richebourg (1810-1873), Autoportrait, 1841

Né à Paris en novembre 1810, Pierre Ambroise Richebourg fut formé à l’optique chez Vincent Chevalier et élève de Daguerre. Après dix ans de formation chez le premier et à son décés en novembre 1841, il reprend l’atelier du 69, quai de l’Horloge sur l’île de la Cité à Paris. Nous pouvons donc supposer que nos daguerréotypes sont postérieurs à cette date. Le 69, quai de l’Horloge devient le 29 quai de l’Horloge vers 1850, suite à une renumérotation administrative. Pierre Ambroise Richebourg reste alors connu pour la précision du matériel qu’il vend et les leçons de formation à la photographie et à l’optique qu’il propose, comme en témoigne ses étiquettes de marchand conservées à la BNF.

Richebourg 69, quai de l'Horloge

Richebourg 69, quai de l'Horloge

Richebourg, 29 quai de l'Horloge

Richebourg, 29 quai de l'Horloge

I) Richebourg et le daguérréotype

Richebourg a toujours prétendu être l’inventeur des premières images photographiques redressées, et ce dès 1839. Il est intéressant de constater que parmi nos daguerréotypes, nous disposons de deux images de l’Arc de triomphe de Constantin. On observe sur l’une les motifs à l’envers et sur l’autre, l’image est redressée. En effet, Richebourg a conçu un système de glaces parallèles permettant de fixer l’image à l’endroit et non pas en sens inversés.

La technique de redressement de l’image prolongeait le temps de pause. Cette durée de pause restait à l’époque très empirique et Ambroise Richebourg donnait le conseil suivant: « la durée de l’exposition à la chambre obscure n’est guère déterminable à cause des variations de l’intensité lumineuse; nous dirons seulement que cette intensité est d’autant plus faible que le soleil est plus près de l’horizon » (Le Daguerréotype Français. Un objet photographique, Paris, musée d’Orsay, 2003, p.254)

II) Une illustre fin de carrière

Il appliquait le premier l’industrie nouvelle à la reproduction des objets et des atomes au moyen du microscope solaire. Il fut l’un des premiers, en 1852, à la suite des recherches de Niepce de Saint-Victor, à s’occuper de la photographie sur verre ou sur collodion, et il inventa plusieurs appareils adoptés des praticiens. Auteur d’Opuscules élémentaires sur le daguerréotype, il publia un Nouveau Manuel de photographie sur collodion (1853).

Sous le Second Empire, Richebourg eut un rôle important de photographe officiel dans les genres les plus divers : associé à la diffusion d’événements politiques (visite de la reine Victoria en 1856, inauguration du port de Cherbourg en 1858) et familiaux (baptême du prince impérial en 1856), il prit des vues des résidences officielles (hôtel de ville de Paris, palais du Luxembourg, château de Fontainebleau, palais de l’Élysée, maison pompéienne du prince Napoléon). S’y ajoutèrent les tableaux contemporains (avec une préférence pour les commandes de l’État) et il photographia à plusieurs reprises les Salons. C’est également lui qui, à partir de 1855, photographia, pour le ministère de l’Agriculture et du commerce, les animaux des concours annuels de Poissy, Chartres, et Paris.

(Source: http://daf.archivesdefrance.culture.gouv.fr/sdx-23b1-20090531-daf-pleade-2/pl/eac-doc.xsp?id=FRDAF00APH_NA012&fmt=simple&base=af)

9 Daguerréotypes aux Enchères

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le Dimanche 23 octobre prochain à 14h, la Galerie de Chartres proposera à la vente cet exceptionnel ensemble de 9 daguerréotypes sur 1/2 plaques de Richebourg vers 1844.

A) Rome : Fontaine de Trevi Daguerréotype non redressé, 16×12 cm sur plaque estampée en creux sur le bord du bas « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. C.1844.

B) Rome : Le Temple d’Hercule ou de Vesta Daguerréotype 12×16 cm sur plaque estampée en creux sur le bord droit « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. C.1844.

C) Rome Colonne Trajan Daguerréotype non redressé 16×12 cm sur plaque estampée en creux sur le bord du bas « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. Avec attelage hippomobile. C.1844.

D) Rome : Le Forum romain avec Temple de Saturne Daguerréotype 12×16 cm sur plaque estampée en creux sur le bord droit « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. C.1844.

E) Rome : L’Arc de Constantin et le Colisée Daguerréotype non redressé 12×16 cm, avec femme à l’ombrelle au pied, sur plaque estampée en creux sur le bord droit « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. C.1844. N.B : avec le bout du Colisée sur la gauche car non redressé.

F) Rome : Arc de Triomphe de Constantin avec le Colisée Daguerréotype 12×16 cm sur plaque estampée en creux sur le bord gauche « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. Avec le Colisée sur la droite. C.1844.

G) Rome : Basilique de Latran Daguerréotype 12×16 cm sur plaque estampée en creux sur le bord gauche « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. C.1844.

H) Rome : Place et Basilique Saint Pierre Daguerréotype 12×16 cm sur plaque estampée en creux sur le bord gauche « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. C.1844.

I) Portrait de femme assise Daguerréotype 16×12 cm sur plaque estampée en creux sur le bord du bas, sur une ligne « Richebourg à Paris », en dessous « Daguerréotype Richebourg à Paris, Quai de l’Horloge 69 », poinçon 30 millièmes. C.1844.

J) Boîte pour daguerréotype format 1/2 plaque avec six emplacements avec fermoir et charnière en laiton. L. 14 cm – H. 17 cm. C.1844.

Qu’est-ce qu’un Daguerréotype ?

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

Le Forum Romain, Daguerréotype sur 1/2 plaque Richebourg, mis en vente par la Galerie de CHARTRES le 23 octobre 2011

Le Forum Romain, Daguerréotype sur 1/2 plaque Richebourg, mis en vente par la Galerie de CHARTRES le 23 octobre 2011

Un daguerréotype est une image photographique sur plaque de cuivre recouvert d’une couche d’argent photosensible. C’est un positif unique à l’aspect de miroir.

Son non vient de son inventeur Louis Jacques Mandé DAGUERRE (1787-1851). En effet, après avoir travaillé avec Nicéphore NIEPCE dans le deuxième quart du XIXe siècle, DAGUERRE met au point le procédé chimique qui porte son nom. Son brevet d’invention est alors acheté par l’Etat français en été 1839 par l’entremise du député François ARAGO.

Cette invention est une véritable révolution dans l’Art et les Techniques. C’est l’acte de naissance de la photographie, même s’il ne s’agit que d’images uniques, en positif et non dupliquables.

La prise de vue avec les chambres obscures exige un temps de pose assez long, et tolère donc mal le mouvement. En revanche, le procédé permet de capter avec beaucoup de précision des détails même lointains.

Après l’invention de la gravure, ce nouveau procédé ouvre des perspectives nouvelles de diffusions de l’information et des connaissances. Les pionniers du daguerréotypes exploiteront d’abord l’aspect documentaire du nouveau média, en figeant le patrimoine ou les grands évènements.

Le coût relativement modeste du matériel permet une divulgation rapide de la technique. On trouve alors des plaques de cuivre de taille différente:
– pleine plaque: 252 x 165 mm
– demi plaque: 165×126 mm
– quart de plaque: 126 x 82 mm

Ce média continue d’être utilisé en France et en Europe jusqu’à la fin des années 1860, et encore un peu plus tard aux Etats-Unis.

Bonjour à tous !

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Ce Blog est en construction.

Nous vous présenterons dans les tous prochains jours
la série exceptionnelle de 9 daguerréotypes sur Rome, vers 1844,
mis en vente par la Galerie de Chartres,
le dimanche 23 octobre prochain.

Boîte en palissandre

Boîte en palissandre

N’hésitez pas à nous laisser des commentaires ou questions sur ce blog ou à contacter la Galerie de Chartres

Vous pouvez aussi consulter le site www.ivoire-chartres.com